Compagnie Travaux Publics - 226 Boulevard Albert Ier - 33800 BORDEAUX - +33 (0)9 80 75 44 47

Compagnie Travaux Publics +33 (0)9 80 75 44 47 - test

Dernière à la Loge !

Dernière à la Loge !

Pour notre dernier rendez-vous mensuel à La Loge, découvrez le très beau texte de Emmanuel Bove interprété par José Pereira :

- 13 juin à 20h - Théâtre La Loge (Paris)
Mes Amis de Emmanuel Bove
Infos : La Loge
Accédez à l'actualité
Une belle fin de saison pour les Livres Vivants

Une belle fin de saison pour les Livres Vivants

Pour clôturer la saison 2016/2017, la Bibliothèque des Livres Vivants sera présente au Festival Epoque à Caen avec ses deux titres contemporains :

- 29 mai à 15h - Festival Epoque (Caen)
Le rouge du tarbouche de Abdellah Taïa
Publié aux Editions Points

- 29 mai à 16h15 - Festival Epoque
Les Années de Annie Ernaux
Infos : Festival Epoque
Accédez à l'actualité
GaliléE au Maroc

GaliléE au Maroc

La première du nouveau spectacle de la Compagnie aura lieu le :

12 avril 2016 - Théâtre de Verdure, Institut Français de Marrakech

Elle sera suivie d'une tournée à Agadir, Rabat, Fès, Meknès et Casablanca !
Accédez à l'actualité

ACCÉDEZ ICI À NOTRE DERNIÈRE CRÉATION

GaliléE - Extraits de "La Vie de Galilée" de Bertolt Brecht

GaliléE - Extraits de "La Vie de Galilée" de Bertolt Brecht

Bertolt Brecht

En Italie, au début du XVIIe siècle, Galilée braque un télescope vers les astres, déplace la Terre et abolit du même coup le ciel divin et l’organisation politique de l’Europe. La Terre n’est plus le centre de l’Univers mais tourne, comme les autres planètes autour du soleil : vertige absolu pour l’Église qui lui fera abjurer ses théories sans pouvoir l’empêcher de travailler en secret à la « signature » de son oeuvre, Les Discorsi. « Nous n’en sommes vraiment qu’au commencement ». Ces derniers mots du poème dramatique de Bertolt Brecht écrit en 1938 résonnent fortement dans le monde actuel, complexe et fragmenté, où les humains sont pris en tenaille entre une société technologique de l’abondance et des archaïsmes religieux qui tendent à se radicaliser. Comme si tout, toujours, était à recommencer. Etrange monde qui porte en lui autant le poison que le remède ? Subtilement, dans une langue claire et limpide, le texte met en musique la confiscation des idées neuves par la religion. L’histoire de Galilée rend compte de la peur du remplacement d’un ordre établi par un autre. La peur que soient contesté les bases séculaires de l’organisation de la société fondée sur la croyance en une puissance supérieure. La tête dans les étoiles, Galilée remet brutalement en cause la construction sociale et politique de la société d’alors et à travers lui Bertolt Brecht, philosophe et humaniste, espiègle et farceur, fait état d’un monde de contradictions : l’homme est le créateur des plus belles réalisations de l’humanité, il peut en être aussi son plus grand ennemi. Frédéric Maragnani
En savoir plus

FRÉDÉRIC MARAGNANI


Frédéric Maragnani mène depuis plusieurs années un projet théâtral littéraire, privilégiant la création et l’émergence d’écritures nouvelles et des littératures.

Il développe des liens et des compagnonnages avec des auteurs, cherchant et inventant pour chaque projet d’écriture une traduction scénique inédite.




Formé aux Conservatoires Nationaux de Région de
Montpellier puis de Bordeaux, Frédéric
Maragnani crée, à l’issue de ses études, son groupe de théâtre, Travaux
Publics, et se distingue en 2001 par la création de
Ma
Solange, comment t’écrire mon désastre, Alex Roux de Noëlle Renaude
. Une intégrale
épique de vingt quatre heures, jouée par la suite à Dijon au festival Frictions
et à Paris à Théâtre Ouvert
, mais créée et inaugurant un nouveau festival à
Bordeaux : les Grandes Traversées.
Frédéric Maragnani poursuivra son compagnonnage avec Noëlle Renaude et créera au fil des années :
Petits rôles, Le Prunus, Le Renard du Nord,
Quarante Églogues natures mortes et motifs, Par les routes
… Il poursuit son
compagnonnage avec Noëlle Renaude en résidence d’écriture et de création en
Nord-Gironde :
Vues d’ici.

Son art de la scène, pictural et souvent très coloré, mêle
différentes influences scéniques, conjugue la force et l’intensité de l’image
photographique à la peinture et, plus que tout, met en avant la vigueur de la
parole et la musique des mots. Il inscrit son travail à l’intérieur de matrices
littéraires précises : le drame, la comédie, et plus récemment les contes et
les légendes afin de les détourner et créer un trouble, un entre-deux, un
nouvel état scénique.


Un autre compagnonnage important dans le parcours de
Frédéric Maragnani est celui mené avec Théâtre Ouvert, qui abritera nombre de
ses créations, notamment celles avec Philippe Minyana, filant une thématique « contes et
légendes de l’humanité ». Il
commandera et co-mettra en scène avec l’auteur
Le
Couloir
, avec
Marcial Di Fonzo Bo, Marie-Armelle Deguy et Françoise Lebrun. De Philippe Minyana encore, il mettra en scène un opéra
Entente cordiale, musique de Benjamin
Hertz,
Suite 1, et, plus en 2011 Sous les arbres
au Théâtre de la Ville et à Théâtre Ouvert.

Travaillant
toujours à la réinvention du conte
traditionnel il abordera l’écriture d’Howard Barker dont il mettra en scène
Le Cas Blanche-Neige (comment le savoir vient aux filles),
avec Marie-Armelle Deguy, Christophe Brault et Céline Milliat-Baumgartner. Le
spectacle repris au Théâtre de l’Odéon l’a fait connaître d’un plus large
public. Constant dans ses choix, il met également en scène et en
regard un autre texte sur l’idée du conte :
Barbe-
Bleue (la scène primitive)
de Nicolas Fretel.

Ses dernières réalisations affirment son travail de
détournement des matrices traditionnelles :
le
conte historique pour Vénus, il était une fois signifie maintenant
, de
Lolita Monga sur l’incroyable histoire de la Vénus Hottentote, et le drame
bourgeois avec
La Parisienne d’Henry Becque, avec Marie-Armelle Deguy dans le
rôle-titre.


En
mai 2011, il réalise sa première mise en scène d’Opéra avec
La Belle-Hélène d’Offenbach à l’Opéra
National de Bordeaux, avec dans le rôle titre Maria Riccarda Wesseling.


Suivent les créations de Tout
doit disparaître
d’Eric Pessan à la Chapelle des
Pénitents Blancs au Festival d’Avignon 2011 et de
Baroufs d’après Baroufs à
Chioggia
de Carlo Goldoni dans une nouvelle traduction de Jean-Paul
Manganaro au Théâtre de l’Ouest Parisien et au Théâtre National de
Bordeaux-Aquitaine.


En 2012, il prend la direction d’un lieu culturel à
Bordeaux,
Fabrique d’art et de culture,
au sein duquel, outre une programmation consacrée aux nouvelles écritures, il
créé et développe le premier comité de lecture à haute voix : La Fabrique
de l’écriture ainsi que des Banquets Littéraires consacrés à des œuvres comme
Middelsex de Jeffrey Eugénides, La Revanche de la Pelouse de Richard
Brautigan,
Les règles du savoir vivre
dans la société moderne
de Jean-Luc Lagarce….

Parallèlement il engage un vaste projet de Littérature
Orale pour tous : la Bibliothèque des Livres Vivants, dont il créé les
premiers livres lors du Festival Novart 2012. Pensé pour devenir une
bibliothèque d’une vingtaine de livres aux moins, ce projet se construit en
plusieurs étapes et différents lieux
afin de composer in fine une forme spectaculaire de 24 heures. En
décembre 2014 a été créé à l’occasion du festival Novart, Le Banquet, la première
Bibliothèque des Livres Vivants, sur une durée de six heures.


En 2013, Frédéric Maragnani découvre l’écriture et
l’univers d’Olivier Choinière. Il met en scène, pour la première fois en France
son texte
Félicité, au Tarmac – La
Scène Internationale Francophone.


Ces nouvelles découvertes et créations complètent son
compagnonnage toujours fidèle avec
Philippe Minyana dont il met en scène
Cri et Ga cherchent la paix, créé à la Scène nationale de
Valenciennes en 2013 et repris au Théâtre
du Rond-Point dans la foulée.


Il a aujourd’hui pour projet la découverte et la mise en
scène d’un texte de Mariette Navarro, Les feux de poitrine (Six fêtes pour
rester vivants) ainsi que la création de La Vie de Galilée de Bertolt Brecht en français et darija.

Lire la suite

TRAVAUX PUBLICS

Etre en compagnie ...

Etre en compagnie c’est faire le lien entre différentes personnes, réunir autour d’un même rêve de théâtre une équipe professionnelle présente pour répondre aux besoins de la scène et des écritures nouvelles.


Etre en compagnie, c’est construire et entretenir un outil, la cie Travaux Publics, association dont la mission est le travail sur les œuvres modernes et contemporaines. C’est permettre de faire apparaître de nouveaux textes, en stimulant leur écriture auprès des auteurs, c’est développer les conditions les plus favorables et les plus agréables à cette apparition.


Etre en compagnie c’est être présent sur un territoire pour être utile, pour les
artistes, pour les publics, par l’invention de nouveaux liens et de nouveaux
plaisirs artistiques partagés.


Etre en compagnie c’est depuis près de vingt ans avoir fait découvrir et entendre
les textes de Howard Barker, Nicolas Fretel, Philippe Minyana, Jean-Luc
Lagarce, Noëlle Renaude, Olivier Choinière, Eugène Durif, Lancelot Hamelin,
Eric Pessan, Henry Becque, Carlo Goldoni, Lolita Monga… et d’avoir créé pour
chacun de ces textes une aventure artistique spécifique et singulière.


Je vous invite à suivre le travail que nous développons avec la Cie Travaux
Publics et à découvrir les nouveaux projets à venir :
La Bibliothèque des Livres Vivants et Les feux de poitrine (cinq fêtes pour rester vivants) de Mariette
Navarro pour les années 2015 et 2016.


Frédéric Maragnani

Lire la suite


Nos partenaires